No votes yet.
Please wait...

Je vais exposer une méthode pour construire sa base de mots clés. Replaçons  le sujet ici, les motivations  pour construire une liste de mots clés peuvent être de différents ordres. Le but essentiel est d’apporter une lisibilité à son contenu web et donc d’enrichir son champ lexical.  Voici les bonnes raisons  pour vouloir rechercher des mots clés :

  • Rechercher un produit, service, information en tant qu’internaute lambda et au lieu de taper à la volée différentes requêtes, s’organiser pour construire une liste au préalable.
  • Construction d’un modèle économique autour des requêtes faîtes sur les moteurs de recherche, avec quête  des mots clés les plus demandés du moment.
  • Enrichissement  d’ une base de mots clés pour des contenus  sur le web afin d’optimiser leur visibilité sur internet (liens sponsorisés, liens naturels par exemple).
  • Cellule de veille documentaire,  d’où  besoin d’approfondir une base de recherche.
  • Améliorer son taux de clics.

J’aborderai cette méthode sous différents angles (5). Je commencerai par les bases, en usant d’outils formidables  comme son cerveau, un bout de papier et d’un crayon 🙂 , puis m’intéressai aux « bruits extérieurs« , m’arrêterai sur les tags sociaux, parlerai de l’aspect sémantique du sujet , et enfin terminerai par l’évaluation du marché de la recherche.  Je ne rentrerai pas dans les détails techniques ici, chaque idée peut être l’objet d’un développement spécifique.

Les bases : mots clés sur une feuille blanche  et élargissement du champ lexical

  • Quel est le terme au cœur de ma recherche ?

Si je suis fournisseur en matériaux écologiques pour la construction, est-ce le terme construction, matériaux, écologie ? Vais- je devoir user d’une base unique de mots ou de plusieurs ? Avec« matériaux écologiques construction » j’ai  un mot clé « socle » de 3 mots ou alors « matériaux écologiques » avec  2 mots clés .  Et finalement,  pourquoi pas opter pour un seul terme :  « Matériaux » ?  On voit donc ici, la nécessité de partager, scinder, ou de développer les termes proches en NOMBRE de termes (1, 2, 3 …). Pourquoi ?  Car il existe 1000 et 1  façon de rechercher, de croiser les termes, d’utiliser une combinaison de 2, 3, 4 termes. En moyenne, une requête est composée de 2.4 mots (Wikipédia : 11 avril 2012) et la tendance s’accentue toujours vers plus de termes utilisés (voir fig. 2) . Pour résumer, l’idéal est de composer sa première liste avec des mots  clés avec seul, deux, trois voire 4 termes. Les mots-clés les plus longs  (« effet longue traîne » :Fig. 1) constitue en général des groupes moins sollicités sur le marché de la recherche

Fig. 1 Effet longue traîne

 

Fig. 2 Moyennes longueurs mots clés

  • Quels sont les synonymes ? Sur chaque liste d’1, 2, 3 termes trouver des synonymes. Cet outil peut être utile : http://www.crisco.unicaen.fr/des/synonymes/
  • Tenter d’établir une taxonomie . Quels sont les profils des personnes (experts, novices), les projets portés (local, mondial), les idées (anciennes, contemporaines), les types d’organisations  (TPE, grands comptes) reliées à son organisation afin d’établir une classification avec les termes trouvés.
  • Associer une liste de Marques à son activité.
  • Faire un brainstorming interne.
  • Etablir un sondage « micro-trottoir » auprès de prospects identifiés.
  • Enrichir sa liste avec des adjectifs (pas cher, solide), verbes d’action (faire, construire), mots encadrants (prestataires, entreprises..).
  • Rechercher les termes verticaux (ou profonds) reliés au terme racine de départ en usant des caractéristiques intrinsèques au produit. Ex : matériaux écologiques haut de gamme certifiés.
  • Rechercher les termes élargis au terme racine. Ex : construire une maison en paille naturelle.
  • Utiliser le générateur de mots clés Google adwords avec les listes  déjà obtenus. Cet outil sera cité plusieurs fois car utile à différents stades de construction de termes.
  • User des termes de localisation, selon les zones géographique ciblées (ville, région, territoires).
  • Allonger sa liste  de termes avec des variantes orthographiques (singulier, pluriels, fautes, genres), cet outil est pratique : http://www.outil-seo.info/outils/generateur-de-faute.html
  • Composer des expressions  automatiques supplémentaires : http://www.mikes-marketing-tools.com/keyword-tool/

Sentir les tendances de recherche

Utiliser ces outils en ligne est indispensable, en effet, ils permettent donner une vue sur ce qui se « recherche » sur internet. Je donne 5 outils mais la liste n’est pas exhaustive.

  • Evolution de la notoriété d’un mot-clé ou de 2 (comparatif) : http://www.suggestrank.com
  • Tendances de recherche comparée pour des sites web: http://www.google.com/trends  (ne fonctionne que si un certain seuil de recherche global est atteint). Indirectement peut servir vu que  la recherche sur un site web avec une thématique peut aider à trouver des mots clés utiles,  outils Google vieillissant.
  • Buzz de la blogosphère et la sphère sociale : http://www.icerocket.com/. Dédié aux blogs, une liste de 5 termes, peuvent être comparés, interface anglaise mais recherche Française fonctionne.

Tendances mots clés blogosphère

  • Bruits  également sur les réseaux sociaux : http://topsy.com/ Outil très utile pour prendre le poul du moment sur un terme, possibilité de trier par liens, tweets, photos, vidéos. Disponible dans 10 langues.
  • Google adwords générateur de mots clés : bien évidemment, l’outil vedette par excellence !
  • Google instantané : donne des idées quant aux mots les plus utilisés avec une fonctionnalité « recherche associée » qui liste des termes connexes.

Google auto suggestion + recherches associées

  • Google tendances des recherches : Donne une idée sur le trafic par termes, zones géographiques, apporte les tendances tout azimut ou alors ciblé sur un mot clé (seuil minimum de recherche obligatoire).

Folksonomie : une ressource lexicale nouvelle (tags)

  •  La façon dont les internautes classe leurs sites préférés peut aussi apporter des idées de termes usités Delicious, diigo, social mention, viadéo, tweeter search.

Delicious Tag = source mots clés

Viadéo Tags

Quid de la recherche sémantique ?     

Cela revient à dire à comprendre le sens réel de la demande. D’un côté, les moteurs doivent s’adapter aux usages de l’internet et lire « entre les mots » afin de catégoriser  cette chaîne de caractères que constitue un mot clé. Le traçage des adresses IP, la géolocalisation, l’historique d’un profil social aide à cerner l’intention de la demande de l’internaute. De l’autre, l’indexation des contenus mis sur le réseau doivent s’enrichir de Métadonnées qui donnent du sens aux documents dont les mots clés font partis.

 4 grands groupes de requêtes se dégagent cependant :

  • Informationnelle : un sujet en général
  • Navigationnelle : un site en particulier
  • Transactionnelle : entraine une action (téléchargement, achat..)
  • Connectivité : requêtes de connexion (ex:quel lien pointe sur cette url ? Combien de pages indexées avec un domaine ?) Ce  dernière groupe revêt plutôt un caractère technique qu’opérationnel.

En outre, des moteurs dits «  sémantique» existent comme SenseBot (http://www.sensebot.net/),visualThésaurus (http://www.visualthesaurus.com/), Quintura : trouvent des termes sémantiquement proches (http://www.quintura.com). Ce sont des outils « gadgets » mais  qui préfigurent sans doute le web 3.0.

Nuage de mots Quintura

Evaluer la concurrence

Une  fois  une liste aboutie , il convient peut être dans une optique économique , d’évaluer la compétition. Voici  6 propositions pour évaluer la concurrence  sur le marché de la recherche.

  • Générateur de mots clés Google Adwords  (demande) + moteur de recherche (offre) en correspondance exacte

Offre/Demande = indice de concurrence

  • KEI (mots clés)  + Visibilité (global sur ensemble mots clés)        Index d’efficience d’un mot clé. Le nombre de fois qu’un mot clé est cherché et le nombre de pages web qui se positionne exactement sur ce terme. Plus ce ratio est élevé, plus le mot clé à de la valeur.
  • Site gnoztik.com outil français qui donne une indication,  un classement avec un %  calculé sur les 100 premières url d’un moteur de recherche. 100 % est un excellent potentiel !

Gnoztik Indice de visibilité

  • Commandes google spéciales dans le moteur de recherche qui permettent de faire ressortir les pages web optimisées pour les balises titres, url, ancres des liens : exemples   « allintitle:matériaux écologiques » + « inurl:mot clé » + « allinanchor:matériaux écologiques »
  • Utilisation d’extension Navigateur Ex : Kgen = indicateur/densité  mots clés par page web. Bien que cette  notion soit très controversée, cela donne un indicateur supplémentaire sur le niveau d’optimisation d’une page internet (celle d’un concurrent par exemple)
  • Usage Plateformes étude concurrentielle : SemRush et KeywordSpy donne des informations sur les positionnements en liens organiques et sponsorisés. Une donnée supplémentaire pour connaître l’environnement concurrentiel d’une requête.

Evaluation du marché de la recherche

Une fois passé au crible l’ensemble des points évoqués plus haut et sa liste construite, il faudra renouveller le processus vu que les requêtes des internautes changent continuellement, à raison de 20% par an, avec une tendance toujours plus prononcée à l’allongement de celles ci.