Le rapport annuel Local Search Ranking Factors a été élaboré par David Mihm en 2008 et repris par Darren Shaw en 2017. Ce rapport est la ressource incontournable du secteur pour comprendre comment se classer dans les résultats de recherche locale de Google. Chaque année, les meilleurs experts de la recherche locale sont questionnés sur de nombreux sujets afin de déterminer ce qui fonctionne pour améliorer les classements et les conversions en matière de référencement local, et ce qui ne marche pas.

Quels sont les facteurs de classement de Google ?

Les experts  ne font que constater et personne n’a accès à l’algorithme de recherche locale de Google pour dire vrai. Pas moins de 132 facteurs sont relevés regroupés en 7 catégories . Ces facteurs sont basés sur plus d’une décennie d’analyses, d’expériences, de recherches

Google utiliserait ces ensembles  dont certains sont plus dominants que d’autres pour voir classer   les entreprises favorablement dans le pack local, son moteur de recherche,  maps  et les résultats organiques locaux.

  • Google my business (profile) : proximité, catégories, mots clés dans le titre
  • Avis : propriétaire et tiers, quantité, vélocité, diversité
  • Page des destination : Présence du Nom, adresse et téléphone, mots clés dans les titres, autorité du domaine
  • Inscriptions : Annuaires locaux professionnels ( pages jaunes, syndicats..), adéquation des enseignes, adresses et téléphone, nombre d’inscriptions.
  • Personnalisation : historique de recherche, géolocalisation, appareils.
  • Comportemental : Taux de clics, appels, aller-retour sur la fiche GMB
  • Liens : ancre de sur les hyperliens, autorité du domaine, volume de liens.
7 catégories de signaux locaux

7 catégories de signaux locaux

L’importance des facteurs seo locaux

Les participants à l’étude sont invités à estimer le poids que Google attribue à chaque groupe de facteurs de classement au sein de l’algorithme de recherche locale, à la fois pour le pack local, le moteur de recherche et les résultats organiques locaux.

Whitespark-facteurs-classement-local

Whitespark-facteurs-classement-local

Sur le bloc de Google maps

Evolution des facteurs de classement locaux sur google

Evolution des facteurs de classement locaux sur google

On peut constater l’importance grandissante de la fiche GMB en elle-même sur le positionnement sur un résultat « maps » sur la recherche , la progression des avis et la stabilité de la page de destination. Selon Darren Shaw, les inscriptions dans les annuaires locaux sont sous-estimées quant à leur utilité perçues par les répondants.

Qu’est-ce qui explique l’importance croissante des signaux de classement du profil commercial Google ?

Au cours des sept dernières années, les professionnels de la recherche locale ont remarqué que quelques facteurs clés semblent avoir un impact considérable sur les classements locaux, et ils sont tous classés dans la catégorie des facteurs GMB.

Il s’agit des 5 principaux facteurs de classement du pack local et de la recherche dans l’enquête de cette année :

  • Catégorie primaire GMB
  • Mots clés dans le titre de l’entreprise GMB
  • Proximité de l’adresse par rapport au chercheur
  • Adresse physique dans la ville de la recherche
  • Catégories GMB supplémentaires

Il est important de noter que si les signaux GMB peuvent être fortement pondérés dans l’algorithme. Le travail d’optimisation des classements locaux ne doit pas être aussi fortement axé sur GMB. Il existe de nombreuses fonctionnalités incroyables dans GMB pour optimiser les conversions, mais il n’y a que quelques champs dans GMB qui ont un impact sur les classements, et ils vous prendront environ 5 minutes à optimiser.

Catégorie primaire

Selon DS, Il est très important de bien choisir ce champ. Elle a un impact considérable sur les classements. Choisir la bonne catégorie qui correspond le mieux à la recherche primaire est prépondérant. Par exemple  un cabinet d’avocats spécialisé dans la défense pénale, votre catégorie principale doit être « Avocat spécialisé dans la défense pénale » et non « Cabinet d’avocats ».

Catégories supplémentaires

C’est le deuxième élément le plus important à optimiser dans GMB. Il faut y ajouter toutes les catégories supplémentaires qui sont pertinentes pour l’entreprise. Considérez chaque catégorie supplémentaire comme un mot-clé supplémentaire pour lequel on souhaite un classement (à condition que votre site Web présente les signaux de pertinence nécessaires à la catégorie). Ne pas s’ inquiétez  de la « dilution des catégories », ni même de la « confusion des catégories » (Darren Shaw indique qu’il  publiera bientôt de nouvelles recherches sur la confusion des catégories).

Alors comment jouer sur les 3 autres facteurs de classement du top 5 ?

  • Sur les mots-clés au nom de votre entreprise ? Non, pas conseillé du tout ! Google n’utilise pas la description, les services ou tout autre champ de GMB dans l’algorithme de classement.
  • Jouer sur les coordonnées physiques ? non plus , pas de fake..

TOP 20 mythes en 2021 sur GMB

=> Synthétiser les principales croyances sur ce qui peut influencer l’algo. :

  • Photo géotaguées
  • Mots clés : dans la description, dans les produits, les services, les articles, dans les réponses aux questions, les FAQ
  • Activation de la messagerie instantanée, de la réservation et leur volume, de la prise de rendez vous
  • La fréquence des articles , leur volume
  • Configuration d’une zone de chalandise
  • Volume de produits
  • Devenir annonceur aux produits comme google ads
  • Le volume d’éventuelles transaction.

Principaux signaux qui desservent un bon référencement local

  • Choix d’une mauvaise catégorie
  • Signaux de spam sur le site de destination
  • Adresse postale ou adresse fausse
  • Fausse déclaration de fiche , guidelines non respectées
  • Doublons d’entreprise sur une même adresse, tél etc…
  • Avis avec sentiments négatifs
  • Emplacement faux sur la carte
  • Pas de présence de l’enseigne, adresse, tél sur la page du site
Signaux negatifs google my business

Signaux negatifs google my business

L’optimisation de GMB pour les classements ne doit absolument pas occuper plus d’un tiers du temps selon l’auteur de l’étude .